La dette des ménages grimpe à 37,1% du PIB, l'épargne plonge de 10,4% au T2: rapport RBI

La dette des ménages grimpe à 37,1% du PIB, l

Image représentative. Crédit d'image: Pixabay


La pandémie qui a duré un an a laissé les ménages plus endettés, qui a fortement grimpé à 37,1% du PIB au deuxième trimestre de l'exercice 21, tandis que leur taux d'épargne a chuté à 10,4%, selon les dernières données de la Banque de réserve.

L'épargne des ménages a plongé alors que la pandémie a entraîné la perte d'emplois de dizaines de millions de personnes et presque toutes obligées de subir de profondes réductions de salaire, les obligeant à emprunter davantage ou à puiser dans leur épargne pour faire face à leurs dépenses.



Cela a fait grimper la part des ménages sur l'ensemble du marché du crédit à 51,5% au deuxième trimestre, en hausse de 130 points de base d'une année sur l'autre.

De manière contre-saisonnière, le pic induit par la pandémie du taux d'épargne financière des ménages au premier trimestre de l'exercice 21, alors qu'il avait atteint un niveau sans précédent de 21% du PIB, a chuté à 10,4% au deuxième trimestre, le numéro de mars du bulletin de la RBI publié au cours du week-end a montré.


Cependant, ce chiffre était toujours supérieur à 9,8% enregistré au deuxième trimestre de l'exercice 20, selon le rapport.

Les économistes de la RBI ont déclaré que normalement, lorsque l'économie stagne ou se contracte, l'épargne des ménages augmente et lorsque l'économie se rétablit, elle diminue à mesure que les gens deviennent plus confiants dans leurs dépenses. Dans notre cas, l'épargne a bondi à un niveau sans précédent de 21% au premier trimestre, lorsque le PIB s'est contracté d'un record de 23,9%, et lorsque la contraction s'est modérée à 7,5% au deuxième trimestre, l'épargne des ménages a chuté à 10,4%. «La relation inverse entre le taux d'épargne des ménages et la croissance du PIB peut sembler contre-intuitive, mais des études ont montré que les ménages ont tendance à épargner davantage pendant le ralentissement économique et une plus grande incertitude des revenus», indique le rapport.


Une tendance similaire a également été observée pendant la crise financière mondiale de 2008-09, lorsque l'épargne des ménages a bondi de 170 points de base en pourcentage du PIB au cours de l'exercice 09 et s'est atténuée par la suite avec la reprise de l'économie.

Mais, le rapport a averti que le taux d'épargne des ménages aurait encore baissé au troisième trimestre, citant des chiffres préliminaires en raison d'une consommation et d'une activité économique presque normales.


'' Le ratio de la dette des ménages au PIB, qui n'a cessé d'augmenter depuis le premier trimestre de l'exercice 19, a bondi à 37,1 au deuxième trimestre de l'exercice 21, contre 35,4 au premier trimestre. Il y a également eu une augmentation significative de la part des prêts aux ménages sur le marché global du crédit, qui a augmenté de 1,3 pb à 51,5% au deuxième trimestre '', selon le bulletin de la RBI.

Alors que les dépôts et les emprunts des ménages se sont également redressés, leur détention de devises et d'épargne dans des fonds communs de placement s'est modérée, selon le rapport, qui a attribué l'augmentation de la consommation, en particulier ses composantes discrétionnaires, à une reprise de l'activité économique suite à l'assouplissement des verrouillages. .

Le renversement de l'épargne financière des ménages est corroboré par la baisse de l'excédent de la balance courante.

Selon le rapport, cela indique que la régression du taux d'épargne des ménages à 10,4% est plus proche des niveaux d'avant la pandémie, principalement due à l'augmentation des emprunts des ménages auprès des banques et des NBFC, accompagnée d'une modération des actifs financiers des ménages sous la forme de les fonds communs de placement et la monnaie au premier trimestre, car en raison du blocage, les ménages n'avaient pas la possibilité de dépenser.


Cela ressort de la moindre contraction de la dépense de consommation finale privée ainsi que de la baisse de l'excédent du compte courant au deuxième trimestre.

Avec la croissance de la consommation globale, le rythme de la contraction de la consommation finale privée est tombé à 11,3% au T2 après la forte contraction de 26,3% au T1.

Mais le rapport a admis que la chute de l'épargne au deuxième trimestre était contre-saisonnière et reflétait l'impact d'une base élevée séquentiellement et d'une reprise des dépenses discrétionnaires des ménages après l'assouplissement des verrouillages avec un bond par rapport à la demande refoulée.

En revanche, l'épargne des ménages est revenue plus près des niveaux d'avant la pandémie dans le pays, en partie en raison de la longue saison des fêtes et de la demande refoulée.

Le rapport a également noté que si l'épargne globale a augmenté pendant la pandémie, cela pourrait toutefois masquer l'impact inégal en termes d'épargne des ménages et de consommation d'articles non essentiels, car plusieurs ménages du secteur non organisé ont souffert de pertes d'emplois, de revenus et d'emprunts. Opportunités.

À l'avenir, avec l'optimisme sur la vaccination de masse, l'épargne des ménages devrait reculer davantage aux niveaux pré-pandémique, selon le rapport.

En outre, il y a eu une baisse notable de l'épargne des ménages sous forme de monnaie à 0,4% du PIB au T2 contre 5,3% au T1. De même, l'investissement des ménages dans les fonds communs de placement est tombé de 1,7% à 0,3%, tandis que l'épargne en assurance s'est modérée à 3% contre 3,2% au premier trimestre.

Du côté du passif, la part des engagements des ménages envers les banques et les HFC a diminué, tandis que celle des NBFC a augmenté à partir du premier trimestre.

D'autre part, les dépôts bancaires agrégés ont augmenté régulièrement et ont touché Rs 142,6 lakh crore au deuxième trimestre, une augmentation de Rs 4 lakh crore depuis le premier trimestre.

En revanche, les avances de la banque à Rs 102,7 crore lakh au T2 n'ont augmenté que de 20 pb sur une base trimestrielle contre une contraction de 1,2% au T1, reflétant une certaine reprise de l'activité économique.

(Cette histoire n'a pas été modifiée par le personnel d'Everysecondcounts-themovie et est générée automatiquement à partir d'un flux syndiqué.)